Nicolas Meurger (Samsung France)

Nicolas Meurger (Samsung France) : « En octobre, j’arrête de promouvoir les discman, même MP3 ! Le futur est aux baladeurs, lecteurs de fichiers ».
La croissance du marché du livre audio est intimement liée aux facteurs technologiques : selon les prix, la taille, le poids, la fragilité des appareils, il sera plus ou moins intéressant d’écouter de longues plages sonores. LivreAudio.info a voulu en savoir plus sur le marché des matériels de lecture, en commençant par la multinationale coréenne Samsung, acteur de poids de ce marché.

Je lis sur votre carte de visite que vous êtes « Product Manager France» (Chef de produit NDLR). Quelles sont vos responsabilités ?

Nicholas Meurger : Je fais un peu de tout ! (Rires) . Il faut savoir que Samsung France n’a comme clients que les revendeurs, centrales d’achats, grandes surfaces, magasins spécialisés, etc. Et je travaille en binôme avec un Responsable Grands Comptes dont la fonction quasi- exclusive est la négociation avec ces clients.
Le Chef de produit prend donc en charge tout le reste : la construction des gammes et la négociation des prix d’achat avec la Corée, la connaissance du marché local, les prévisions de ventes, les budgets marketing et la promotion… le tout sur une ligne de produit précise. Dans mon cas, l’audio.

Par exemple les grandes affiches que j’ai vues dans le métro de Paris, où Wanadoo (Groupe France Télécom) met en avant votre dernier baladeur numérique, le Yepp…

Nicholas Meurger : …En l’occurrence oui c’était moi derrière ! Un jour j’ai reçu un appel de Wanadoo qui se lançait sur cette activité et nous avons décidé de faire une opération en commun sur ce qui était , pour nous aussi, un nouveau produit.
France Télécom, c’est un réseau de 700 boutiques en France. Ils savent bien vendre tout ce qui est petit appareil. Ils se sont bien mis au marché des baladeurs qu’ils ne connaissaient pas auparavant.
Pour moi, c’est une preuve supplémentaire que le marché du MP3 décolle en France. Nous allons plus que doubler nos ventes entre 2003 et 2004. Le marché français est officiellement de 600 000 pièces vendues en France en 2004. Nous, nous l’estimons plutôt autour du million de pièces.
L’histoire des baladeurs « Flash » est finalement assez chaotique. Samsung a fait partie des précurseurs mais les premiers produits n’avaient pas décollé. C’était en 2001, et avec une mémoire de 32 Mo, on comprend le manque d’intérêt ! Ils ont donc été arrêtés en 2002 et je les ai sortis des tiroirs en décembre 2003. Vous voyez, c’est pas vieux !

Dans votre gamme, est-ce que vous distinguez les baladeurs numériques pour fichiers MP3, des « discman » qui lisent des CD gravés en MP3 ?

Nicholas Meurger : Pour nous, le marché, c’est désormais les baladeurs permettant de stocker et lire des fichiers téléchargés, qu’ils proviennent d’Internet ou du disque dur de son ordinateur.
Il est vrai que les discman, c’est à dire les lecteurs de CD portables, qui lisent le MP3, ça existe, mais nous, ici, nous allons arrêter cette famille de produits. Nous ne le voyons pas comme produit d’avenir. Nous pensons que le support physique, en tout cas pour l’audio, est amené à disparaître.

Tout ça va très vite dites-donc !

Nicholas Meurger : Ça va très, très vite (rires) ! Et les frontières entre les gammes de produits disparaissent !
Ces mini baladeurs, lecteurs de fichiers MP3, c’était des clés de stockage USB à l’origine. La mémoire « flash » est sur une puce à l’intérieur, et les fonctionnalités ont été développées tout autour au fil du temps : baladeur, dictaphone, radio… Tous nos produits sont d’assez haut de gamme, et multifonctions . Ils savent même encoder directement en MP3 !

Donc, la différence avec les modèles à disque dur, c’est la capacité de stockage ?

Nicholas Meurger : Oui. Il y a deux typologies de produits en audio pur, qui correspondent à deux types de clientèles.
Un gros consommateur de fichier va rechercher avant tout de la capacité de stockage et il se dirigera vers le disque dur, pour 200 ou 300 euros.
Par contre, celui qui est nomade ou veut pratiquer un sport, être très mobile, il va être encombré par le disque dur et se tournera vers la mémoire « Flash ». Le baladeur « Flash » type Yepp, est beaucoup plus petit, beaucoup plus léger (40g avec une batterie), beaucoup moins cher (on trouve des 128 Mo pour 79 euros). Surtout, il supporte le mouvement, contrairement au disque dur qui contient malgré tout de la mécanique, et dont le bouton « reset » est facilement accessible…

D’accord, mais dans notre cas précis des livres audio, d’une durée moyenne de, disons, six heures, qu’est-ce que je pourrai écouter à partir d’une mémoire « flash »?

Nicholas Meurger : Effectivement, je reconnais que c’est un peu juste comme capacité mémoire.
Vous dites six heures ? Ça peut passer, mais tout juste.
Ceci dit, le standard du marché est aujourd’hui de 128 Mo. Il était l’année dernière de 64 Mo. Et désormais, ça va plus que doubler d’année en année. Le mouvement va s’accélérer.

Parce que vous rénovez vos gammes de produits à quelle fréquence ?

Nicholas Meurger : Il n’y a pas de règles, mais de nouveaux produits apparaissent en principe deux à trois fois par an. Sachez que les clients peuvent mettre à jour leurs produits en téléchargeant un «Firmware » depuis notre site.

Est-ce que les designers ont pensé au lecteur de livres audio, c’est à dire quelqu’un qui a besoin de naviguer à l’intérieur de longues plages sonores ?

Nicholas Meurger : Hum…. Je sais que la Corée est grosse consommatrice de livres audio, mais je reconnais que jusqu’à présent, le marché français est centré sur la consommation de musique, et moi avec !

Est-ce qu’au moins je peux faire avance / retour rapide tout en entendant la piste sonore ?

Nicholas Meurger : Non, pas encore. Du moins sur les baladeurs à mémoire flash. C’est une question de technologie. Et je reconnais que je n’ai pas encore pu le tester pour ce type d’utilisation. Mais je sais que le format Audible est reconnu par nos lecteurs. Le marché Coréen du lecteur MP3 est le plus grand au monde !

Donc le futur réside dans l’augmentation de capacité de stockage ?

Nicholas Meurger : Oui, et aussi ce qui est passionnant, c’est de voir les gammes de produits se croiser.
Il y a déjà les téléphones portables qui servent aussi d’appareil photo, voire de caméscope ! Un jour, le baladeur MP3 pourrait parfaitement se greffer sur un téléphone portable…
Autre exemple : dans nos prochains baladeurs à disque dur, qui sortiront en octobre, vous pourrez décharger la carte-mémoire de votre appareil photo sans passer par votre ordinateur !
Vous savez, depuis sept ans que je travaille dans ce secteur du matériel hi-fi, je considère que 2004 est l’année de la fameuse convergence numérique, celle dont on parle depuis 1999. En 2005, ça va exploser !

Propos recueillis le 4 août 2004 par Denis Lacassagne

Nicolas Meurger, 32 ans, est entré dans le secteur financier à sa sortie d’Ecole de Commerce. Mais le virus de la hi-fi l’avait déjà touché lors d’un emploi d’étudiant à la FNAC Auto-radio. C’est ce qui l’a motivé à changer d’orientation au bout de quatre ans pour entrer chez Pioneer France. En 2003, il est contacté par Samsung France où il prend la responsabilité des gammes hi-fi, baladeurs et home cinéma.
La filiale française de Samsung espère dépasser un milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2004. Nicolas Meurger la décrit comme une «société TGV, qui possède une réactivité exceptionnelle».
www.samsung.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *